Tribunes

Les articles sont communiqués sous l'entière responsabilité des listes citées, leurs propos n'engagent que leurs auteurs.

Vivre Vaucresson

Tribune publiée dans Le Journal de Vaucresson n° 4 de janvier-février 2021

Halte au massacre !
Depuis quelque temps, on entend « C’est mon élagueur qui m’a conseillé », « Je ne savais pas qu’il fallait demander une autorisation », « Je fais ce que je veux chez moi » ; excuses invoquées par les contrevenants lorsqu’ils ont détruit leurs arbres sans autorisation.
Cette recrudescence d’incivilités est l’affaire de tous. Nous vivons dans un cadre exceptionnel que beaucoup de nos voisins nous envient, il n’y a qu’à voir le déferlement printanier et estival de parisiens dans les jardins ou appartements vaucressonnais ou encore la multitude d’écureuils, hérissons, pics verts, geais, lucarnes ou autre faune locale peuplant nos parcs et jardins. Ce cadre préservé contribue à notre bien-être et à valoriser nos quartiers. Près de 90% des arbres de la commune sont détenus par les habitants. Nous, Vaucressonnais sommes les décideurs de l’avenir de ce trésor vert en ces temps climatiques incertains.
Ne pas suivre les règles d’élagage et d’abattage, c’est s’aligner en moins de 10 ans sur un paysage de banlieue dénudé, aux rues brulantes et aux vues sans âme.
Alors que le parlement a reconnu les animaux comme êtres sensibles, il semble urgent de définir le statut pénal de l’arbre en ville pour sauver notre patrimoine.
Notre responsabilité est collective, mais notre volonté individuelle. C’est par notre attitude et notre respect des règles que nous protégerons notre ville et nos vies.


Ensemble osons le futur

Tribune publiée dans Le Journal de Vaucresson n° 5 de mars-avril 2021

Oui pour une vraie étude urbaine d’aménagement du Vaucresson de Demain
Enfin, l’appel d’offres pour la réalisation d’une étude urbaine pour la restructuration du centre-ville vient de paraitre. Que de temps perdu et quelle déception au vu des objectifs affichés très en retrait. En préambule, aucune concertation sur le cahier des charges n’a été initiée par la municipalité. Il s’agit de construire le Vaucresson du 3ème millénaire. Tout le monde est concerné. Un comité consultatif citoyen aurait du être mis en place avant de lancer l’étude ; toute la population aurait dû être associée par questionnaire.
Plus grave, la consultation ne précise aucun périmètre d’étude. Comment les candidats vont être sélectionnés en l’absence de ce critère essentiel ? Dans les objectifs essentiels affichés, il manque l’économie et l’emploi, la santé, la circulation et le stationnement, la trajectoire 0 Carbone, etc…
Pire, seul un scénario d’aménagement est attendu, interdiction est faite de remettre en cause ou d’infléchir les projets en cours (le projet cœur de ville de Marignan est déjà obsolète) et les variantes sont interdites. Mais à quoi sert-il de dépenser des dizaines de milliers d’euro voire plus de 100 000 € pour faire accoucher la montagne d’une souris ? Nous avions très tôt défendu le principe de cette étude large et sans limitation pour (re)construire e Vaucresson de Demain avec des équipements publics performants, respectant les règles d’accessibilité ce qui n’est pas le cas de la plupart existant, intégrant enfin la trajectoire 0 Carbone et un centre-ville attractif avec des logements adaptés à la morphologie de la Ville et non pas hauts de 19 mètres comme le PLU l’autorise, des commerces plus nombreux et du stationnement en nombre suffisant pour répondre aux besoins.
Au moins 3 scenarii sont possibles. Etudions-les sans tabou. Espérons que la municipalité redonne de l’ambition à cette étude pour définir un schéma directeur urbain et environnemental digne de Vaucresson !

Tribune publiée dans Le Journal de Vaucresson n° 4 de janvier-février 2021

Budget Primitif 2021
« Tout va très bien Madame la Marquise » avec en arrière-plan, le château qui brule Le 17 décembre dernier, le Conseil municipal a examiné le 1er budget de la mandature. 3 mots résument ce budget : opacité, augmentation des impôts et des taxes, et aucune vision de mandature !
En matière de transparence financière, le compte n’y est pas du tout. Suppression des tableaux de synthèse par service, absence de détail des investissements courants, absence de comparaison avec les années précédentes, non communication du produit des impôts locaux comme nous en avions l’habitude ! Sur le fond, le budget ne traduit aucune perspective ni vision sur la mandature. Pire, aucun plan pluriannuel n’est fourni ni en investissements ni en fonctionnement. Nous sommes très inquiets sur le dérapage continu du budget de fonctionnement depuis deux ans. Fait exceptionnel, des sommes du budget d’investissement (482 329 €) ont été transférées pour éponger le déficit de fonctionnement lors du compte administratif. Les dépenses de fonctionnement notamment de personnel continuent de flamber avec une augmentation de 181 778 € avec une création de poste pour l’embauche d’un cadre à 80 000 €/an équivalent à l’augmentation des impôts de 1% ! Plus grave encore, il est prévu la construction d’une médiathèque qui va générer environ 400 00 € de frais de fonctionnement. A notre question de savoir comment ces frais seront financés, nous n’avons eu aucune réponse voire des questionnements.
Enfin, ce budget est marqué par une hausse sans précédent des impôts, taxes et services aux familles. Création d’un nouvel impôt par la taxe d’habitation sur les résidences secondaires (+ 20%), l’augmentation de la taxe foncière de près de + 1% (= 0,96%), augmentation des services funéraires avec + 771% pour la première catégorie de concession à + 10% pour la dernière, et enfin des augmentations de +1 à +3% des services scolaires et périscolaires. En pleine pandémie, taxer les familles est une faute politique, économique et sociale.

Tribune publiée dans Le Journal de Vaucresson n° 3 de novembre-décembre 2020

Projet immobilier ODIC/ADIM dit VO2 à Vaucresson Route Départementale Napoléon III Le Jardin des Sens, ou plutôt du Non-Sens ou d’essence
En mars 2016, la Métropole du Grand Paris lance le concours d’urbanisme « Inventons la Métropole du Grand Paris avec comme fil conducteur l’Innovation. La Maire de Vaucresson décide sans concertation de proposer ce terrain à l’urbanisation sans vote du Conseil municipal et sans concertation.
Contraire à tous les engagements pris de le conserver en espaces verts à vocation d’espaces verts et sportive lors de l’achat du terrain au Ministère de l’Equipement, ce terrain servait à des centaines d’enfants des écoles et sportifs d’associations sportives chaque semaine.
Situé aux croisements de 3 routes bruyantes : Autoroutes A13 et A86 et RD 182 soit environ un trafic cumulé de 150 000 véhicules/jour, il est fortement impacté en termes de pollution de l’air et de bruit. Quelle qualité de vie pour les futurs résidents ?!!! Qui ira acheter à 7 000 € du m dans ce secteur le plus pollué du suivi du périmètre A86 par Airparif avec des dépassements des polluants PM 2,5 et PM 10 et dioxyde d’azote et sous le vent des 2 gros extracteurs du tunnel A 86 présentant un risque potentiel pour la santé des futurs habitants.
Un terrain frappé de servitudes phoniques. Impossible d’ouvrir les fenêtres nuit et jour à cause du trafic automobile autoroutier. Situé loin du centre-ville et sans transports en commun, il est contraire à toute la logique d’aménagement de construire en centre-ville et d’éviter tout étalement en périphérie, sans desserte en transports en commun ni d’accès aux services et commerces car très éloigné du centre-ville.
Ou sont les engagements de relocaliser les acteurs économiques (distributeurs de matériaux et garage) pour libérer du foncier en centre-ville ?
Pourquoi l’étude d’impact promise dans le JDV de novembre 2019 n’a pas été réalisée ?
Pourquoi la récupération de la chaleur fatale de l’A 86 et le label E+C ne font plus partie du projet ? on se retrouve avec des chaudières à gaz classiques en contradiction avec les objectifs 0 Carbone.

Tribune publiée dans Le Journal de Vaucresson n° 2 de septembre-octobre 2020

Lors des précédentes mandatures, les listes minoritaires du conseil municipal disposaient de 2 membres titulaires pour 6 élus dans les commissions permanentes. Mais cette fois, la majorité a proposé que la liste Ensemble, Osons le Futur, qui compte 7 élus sur 29, soit près de 25% du conseil n’ait qu’un unique siège sur 6 dans chaque commission soit 15% des sièges.
Cette régression est inacceptable en raison des conditions mêmes du scrutin très serré (107 voix d'écart et 48% des voix). Nous avons demandé de maintenir 2 mem
bres par commission correspondant à la proportion que nous représentons au conseil. Notre proposition était juste, proportionnée, représentative et raisonnable.
Il nous a été accordé après discussions 2 élus EOLF dans les commissions Loisirs/Sports/Culture et Enfance/Scolaire/Social, mais rien de plus dans les commissions majeures que sont les finances, l’urbanisme et aménagements/travaux.
Outre la régression du débat démocratique que représente cette position de Madame la Maire, nous estimons que les commissions ont un rôle essentiel pour les sous-doter. Les enjeux financiers, urbanistiques et environnementaux de la mandature sont trop importants en effet pour ne pas mettre toutes les bonnes volontés et expériences disponibles au travail. La réduction de la place de notre liste qui est un très mauvais signal au moment où nous avons besoin de trouver ensemble, aussi unis que possibles, les solutions les meilleures pour Vaucresson. Face aux multiples difficultés que Vaucresson devra résoudre, nous voulons être constructifs. C'est d'ailleurs pour cela que nous avions proposé fin mai de travailler sous un format de liste unique pour faire face aux défis nouveaux de la situation inédite que nous connaissons. En conséquence de ce blocage et dans l’attente d’un accord global, nous avons refusé de siéger dans les commissions où l’on ne nous laisse qu’un siège unique. La mandature commence mal !

Eric Flamand, Caroline Chinardet, Patrice Henry, Juliette Lardans, Romain Carayol, Camille Carenini, Denis Tromeur.

Tribune publiée dans Le Journal de Vaucresson n° 39 (n°1) de juillet-août 2020

Le nouveau Conseil municipal a été installé le 26 mai, soit plus de deux mois après les élections municipales au lieu de 5 jours habituellement dans une salle vide avec un espacement de deux mètres entre chaque élu tous masqués. Selon la tradition républicaine, nous avons félicité Véronique Jacqueline pour son élection et nous n’avons pas présenté de candidat.
Le Covid-19 est passé par là pour en arriver à cette situation inédite ayant généré des élections municipales tronquées avec une abstention allant jusqu’à plus de 70% dans certaines régions. Dans ces conditions, le maintien du 1er tour reste énigmatique et problématique pour une élection majeure de notre démocratie concernant notre qualité de vie au quotidien.
Le 2nd impact de cette crise est évidemment social, économique et budgétaire avec un creusement des déficits publics, une augmentation du chômage et des baisses de recettes tant pour l’Etat que pour les collectivités territoriales (7 à 11 milliards €).
Dans ces conditions, la nouvelle mandature devra redoubler d’efforts pour maîtriser les dépenses de fonctionnement, revisiter les priorités, revenir à un programme d’économies et de maîtrise des dépenses de fonctionnement (le dérapage des 2 dernières années, que nous n’avons cessé de dénoncer, s’avère encore plus irresponsable dans ce nouveau contexte), de mutualisation interne et intercommunale, un regroupement des services, une massification des marchés publics et des DSP.
L’augmentation des impôts n’est ni envisageable dans ce contexte ni une variable d’ajustement d’investissements non prioritaires. La solidarité, la santé, les transports, la sécurité, l’emploi et l’écologie sont aujourd’hui les priorités.
Une réelle concertation et transparence devront être menées en amont de toute décision pour éviter les blocages en favorisant le dialogue avec tous les Vaucressonnais contrairement au dernier mandat.
Nous apporterons notre expertise, nos réflexions et nos propositions en espérant être écoutés et notre bonne volonté de travailler sans sectarisme ou opposition stérile. Vaucresson le vaut bien !
 
E. Flamand, C. Chinardet, P. Henry, J. Lardans, R. Carayol, D. Tromeur, C. Carénini.